La fiscalité en Croatie

Avec de magnifiques paysages à couper le souffle, la Croatie se révèle être un pays très attractif notamment du fait de ses prix largement accessibles et d’une fiscalité plus qu’avantageuse. Ainsi, de nombreux retraités décident de sauter le pas et de s’y installer pour leurs beaux jours. La Croatie fait d’ailleurs partie de la liste des cinq pays européens où les rendements immobiliers sont rentables et où l’on peut investir sans trop de risques.

Le paiement des impôts en Croatie : un barème alléchant

À la différence de la France, les salaires sont taxés à la source en respectant un barème de trois niveaux. Aucun régime particulier n’est alloué aux expatriés, mais tout contribuable peut se prévaloir d’abattement ou de déductions fiscales.

    • Concernant les revenus entre 0 et 3 800 kunas, il n’y a pas d’imposition.
    • Concernant les revenus entre 3 800 et 17 500 kunas, l’imposition s’élèvera alors à 24 %.
    • Enfin, au-delà de 17 500 kunas, le taux d’imposition s’élèvera à 36 %.

Concernant les sociétés, l’impôt sur ces dernières se chiffre à 18 % et est réduit à 12 % pour les petites entreprises. Néanmoins, les entreprises peuvent bénéficier de déduction pour certains services particuliers tels que les créances douteuses, les formations et les stages, ou encore le développement et la recherche.

En outre, il ne semble cependant pas y avoir de défiscalisation immobilière particulière puisque la location des biens immobiliers est imposée à 24 https %.

Le système fiscal en Croatie : un fonctionnement particulier

Deux situations principales se distinguent :
En effet, dans le cas où vous auriez établi votre résidence au sein de ce pays : vous devez payer des impôts sur la totalité de vos revenus, incluant ceux provenant des biens immobiliers, les revenus d’une activité salariée, mais aussi les revenus sur le capital, ou encore les pensions.
Néanmoins, dans le cas contraire, vous ne serez pas tenu à une quelconque imposition, seuls vos revenus croates seront imposés.

Tout cela est géré par le Bureau de l’administration fiscale, appelé « Porezna uprava » qui dépend du Ministère des Finances. Concernant l’année fiscale du pays, elle est identique au calendrier : à savoir qu’elle débute le 1er janvier et se termine le 31 décembre.

Chaque entrepreneur se trouve dans l’obligation d’informer l’administration de leur situation financière et les Normes internationales pour les rapports financiers, ou IFRS. Elles sont obligatoires pour toutes les personnes disposant d’obligations en bourses et pour les grandes entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *