Les mystérieuses cités englouties de l’Adriatique

La Croatie est un bien beau pays qui attire de nombreux touristes pour des raisons aussi diverses que variées. La mer Adriatique, cette portion de la Méditerranée coincée entre la Croatie et l’Italie est l’une des raisons de cet attrait. Si les bords de cette mer et ses plages attirent massivement les touristes, les fonds marins de la région passionnent également les archéologues et les historiens. Effectivement, on y trouve de nombreuses cités englouties mystérieuses dont l’origine est difficile à identifier.

Les conséquences du réchauffement climatique

La théorie la plus répandue pour expliquer la présence de ces cités englouties, c’est celle du réchauffement climatique. Pas celui que l’on constate actuellement et qui met en péril notre façon de vivre, mais celui qui a eu lieu il y a environ 20 000 ans après la fin de la dernière ère glaciaire. À l’époque, les températures globales sur la planète étaient plus basses et le niveau des océans également.

Ainsi, l’humanité disposait d’une quantité plus importante de terres sur lesquelles s’établir. Il est également fort probable que les Hommes de cette époque avaient déjà l’habitude de vivre au plus proche de l’eau pour profiter de ses ressources. Ainsi, quand les températures ont augmenté, la fonte des glaces a également augmenté le niveau des océans et de nombreuses villes se sont retrouvées sous l’eau.

Ainsi, depuis quelques années de plus en plus de vestiges de cités englouties ont été découverts sous l’eau. Ces découvertes ont permis aux archéologues d’envisager un nouveau pan entier de leurs méthodes de recherche. Désormais, il est tout à fait envisageable que de nombreuses réponses aux questions entourant les origines de l’humanité se trouvent sous l’eau.

Les cités englouties de la mer Adriatique au large de la Croatie

Bien que cette théorie semble tout à fait crédible et qu’elles ne soient pas incompatibles avec d’autres zones de flou entourant ces cités englouties, elle n’explique pas la présence de nombreux vestiges romains au large de la Croatie, au fond de la mer Adriatique. La civilisation romaine n’est pas assez vieille pour avoir été engloutie par la fin d’une ère glaciaire et cette explication ne suffit donc pas.

Résultat, les théories les plus courantes en la matière restent celles des catastrophes naturelles. Effectivement, des archéologues croates ont retrouvé, il y a quelques années, une ville vieille de 3 500 ans qui aurait été engloutie il y a seulement 500 ans au large de Zadar. Seule une catastrophe naturelle peut alors expliquer le glissement de la ville dans la mer.

La légende de la ville de Cissa en Croatie

L’une des cités englouties qui fascinent le plus, c’est sans doute celle de Cissa, qui se trouvait en Croatie il y a quelques millénaires. Certains auteurs et philosophes, comme Pline l’ancien, y font référence dans leurs ouvrages. Cependant, il est difficile de déterminer précisément la position de cette ville, et même si elle a vraiment existé.

Dans les faits qui nous sont rapportés à travers ces œuvres, la ville Croate qui existe encore aujourd’hui, Rovinj-Rovigno, aurait été fondée par les survivants d’une catastrophe naturelle qui aurait détruit leur ville d’origine, située sur l’île désormais engloutie de Cissa. D’autres documents romains nous indiquent que l’île de « Ciss » avait été utilisée pour installer des défenses contre les Goths. Aucune trace de cette île aujourd’hui.

Aucune trace, jusqu’en 2016 du moins. Durant cette année-là, la baie de Caska en Croatie a été sondée par des équipes d’archéologues qui y ont trouvé de très nombreux vestiges romains. Ils ne sont pas certains d’y avoir réellement découvert la mythique ville de Cissa, mais ce qu’ils y ont trouvé représente une avancée archéologique majeure.

L’attrait des cités englouties

Les cités englouties exercent un attrait particulier et unique sur l’esprit des scientifiques, mais également du public. Elles bénéficient d’une aura particulière, sans doute liée au mythe de la cité d’Antlantide, mais également à toutes les questions qu’elles posent. Une question en particulier demeure vertigineuse : si des preuves aussi importantes de la trace de l’Homme peuvent disparaître si facilement, comment pourrions-nous un jour connaître vraiment notre passé ?

D’un autre côté, cette forte activité archéologique fait également les beaux jours de la Croatie et de son activité touristique. La présence d’autant de cités englouties proche de ces côtes participe à faire du pays un acteur important de l’archéologie mondiale, mais permet également d’attirer des touristes amateurs d’Histoire et de plongée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *